La presse

ARTICLE CRESCENDO - bimestriel n°94 Eté 2008 Alain Derouane.

" Linkebeek, commune proche de Bruxelles, défraie souvent la chronique ces derniers temps en Belgique. Elle et évoquée dans le cadre de problèmes politiques alors qu'elle pourrait l'être aussi pour ses charmes, nombreux en ce printemps naissant qui valorise ses sites pittoresques, et l'existence en ses murs d'un ensemble vocal, "A Più Voci", créé il y a huit ans par Sébastien Lemaire qui en assure depuis la direction musicale.
Son originalité réside dans le fait qu'il se consacre à la tradition écrite des chants conservés dans les bibliothèques franciscaines d'Italie et de Corse. Ces partitions sont patiemment recherchées sur place lors de ses visites dans les monastères. Leur dernier concert (1) était consacré à la tradition du falsobordone (faux bourdon) dans laquelle les différentes voix évoluent en successions d'accords.
L'église Saint Sébastien était pleine à ras bord pour écouter des pièces écrites entre le milieu du XIIIe siècle et celui du XVIIIEe siècle, chantées par la vingtaine de choristes de l'ensemble disposés selon les quatre côtés d'un carré et faisant donc face à leurs vis-à-vis du côté opposé, dans le respect de la tradition. Une belle énergie émanait de l'ensemble pour véhiculer une émotion d'une rare qualité car faite d'un contact à l fois direct et talentueux avec une musique proche du coeur et de l'âme des gens qui vivaient il y a bien longtemps dans ces pays méditerranéens. L'invitée d'honneur de la soirée était la confrérie sarde su Rosariu fondée à Santu Lussurgiu en 1605 et qui, depuis lors, cultive le chant en falsobordone, la transmission de génération en génération se faisant de manière purement orale. Ce que présentaient ces quatre chanteurs était donc en prise directe, temporelle et géographique, avec l'origine de la tradition.
Ecoutés avec recueillement, ils furent applaudis avec enthousiasme, signe que ni le temps ni l'espace ne sont des obstacles à l'émotion éprouvée par l'homme. L'église de Linkebeek était habitée d'une présence invisible et indicible mais certainement pas imperceptible.
Miracle de la musique?... Merci en tous cas à ceux qui l'ont offerte. "

Alain Derouane





Koor A Piu Voci zingt met Sarden in falsobordone.

" Op zaterdag 12 april gaf het koor "A Piu Voci" in de kerk van Linkebeek een concert dat in het teken stond van de zang in falsobordone.
Falsobordone is een vorm van polyfonie waarbij alle stemmen samen zorgen voor de akkorden. Er is dus geen muzikale begeleiding. Het is een eeuwenoude manier van zingen die enkel nog in Sardinië en op Corsica van vader op zoon overgeleverd wordt. De neergeschreven muziek van de falsobordone wordt groendeels bewaard in de franciscaanse bbliotheken van Italië en Corsica.
Sebastien Lemaire is een verwoede liefhebber van deze muziek en manier van zingen. Daarom richtte hij het koor A Piu Voci op. Dat koor verbroederde drie jaar geleden in Sardinië met het broederschap "su Rosariu", dat gesticht werd in 1605 en dat zonder onderbreking het gezongen repertoire in stand hield van generatie op generatie.
In het kader van die verbroedering kwamen vier van de beste zangers van het broederschap "su Rosariu de Santu Lusurgiu" afwisselend het optreden van A Piu Voci aanvullen (een bassu, een contra, een contraltu en een "oghe").
De Sarden hadden elk een uitzonderlijke stem en vooral de basstem viel op en deed denken aan wijlen Paul Robeson en Rebroff. De falsobordone is een prachtig gezang, dat zonder enige twijfel al eeuwen geleden de massa aansprak.
Het optreden vond plaats in arenavorm, de zangers stonden in het midden van de kerk en het publiek zat errond. De opkomst was een enorm succes. Langs Vlaamse kant waren er drie kerkmeesters en een dirigent aanwezig. Na afloop applaudisseerden de toeschouwers langdurig voor dit uitzonderlijk concert. Het perfecte bewijs dat het Linkebeekse koor A Piu Voci zich de falsobordone voldoende eigen gemaakt had om zich tussen twintig in plaats van vier Sarden te wanen.